Qualités personnelles des volontaires qui déterminent l'efficacité du travail bénévole




Arrêtons-nous sur ces qualités qui sont importantes pour le travail bénévole.

Tout d’abord, il s’agit de l’activité sociale - qualité personnelle, dans laquelle «il existe une attitude créative et consciente envers la vie de la société fondée sur des valeurs sociales, qui se reflète dans l’activité qui permet à l’individu de se réaliser de manière professionnelle»; attitude consciente vis-à-vis de la vie de la société, de ses valeurs sociales, exprimée par la vigueur, l'efficacité, non indifférente à tout ce qui se passe autour de lui, le désir de réveiller l'initiative des gens, de les rendre partenaires du processus pédagogique social. L’activité de l’individu se traduit par une activité diversifiée aux multiples facettes visant à transformer le monde qui nous entoure, à changer votre propre monde mental; sur la formation des qualités sociales nécessaires.

La tolérance envers autrui, qui signifie le désir (ou au moins le consentement) d'une personne de reconnaître la valeur même d'attitudes différentes de la sienne, même inacceptables par son contenu; augmenter la tolérance aux influences environnementales en réduisant la sensibilité. Étroitement lié au développement de l'estime de soi, au respect de la dignité d'autrui.

Selon D. Zinoviev, cette qualité s'exprime dans la volonté de réaliser le respect mutuel, la compréhension et la conciliation d'intérêts et d'attitudes hétérogènes sans recourir à la pression, principalement par des méthodes de clarification et de persuasion. Les caractéristiques essentielles de la tolérance sont le respect, la sympathie, la gentillesse, la retenue, la tolérance, la capacité de communiquer, la capacité de comprendre les autres, la volonté, l’endurance ». La tolérance d’un individu à l’autre repose sur la non-discrimination et sur une telle conception de la personne comme valeur exceptionnelle, lorsque «rien ne peut être plus élevé qu’une personne et personne ne peut être inférieur à une autre personne».

Empathie - capacité à comprendre le monde intérieur d'une autre personne, à pénétrer dans ses sentiments, à y répondre et à faire preuve d'empathie; la capacité de s'identifier à l'enfant, de se tenir dans sa position, de partager ses intérêts et ses préoccupations, de voir à travers les yeux de l'enfant les problèmes qui la concernent, sa relation avec d'autres enfants. Selon S. Kharchenko, cette capacité se traduit par des caractéristiques telles que la bienveillance et l’honneur envers les enfants, la sensibilité et le soin, l’intérêt pour leur vie, la fidélité à leurs promesses, la susceptibilité émotionnelle.

L’altruisme (de Lat. Alter en est un autre) est le principe de l’orientation de vie d’une personne, selon lequel le bénéfice d’une autre personne est plus important et plus significatif que le bénéfice et les intérêts personnels. Ce principe est le contraire de l'égoïsme. L'altruisme dans son contenu et ses modes de manifestation repose sur le fondement de la vision du monde humaniste. Sous-tend la pratique morale d'activités telles que la charité, détermine certains traits de personnalité (charité, anxiété mais autres).


border=0


Les traits de caractère altruistes sont formés par une éducation conforme aux besoins et aux besoins sociaux. Cependant, il est possible que le degré de manifestation de cette position de vie soit déterminé par le nombre de conditions préalables naturelles.

La responsabilité morale est une «qualité de la personnalité, formée par la composition entière de son monde intérieur et se traduisant par une implication dans des objectifs et des tâches publics, dans le sens même des activités moralement libérées concernant leur mise en œuvre, fondées sur la prise de conscience et l'assimilation des exigences sociales, la prédiction des résultats de l'acte, le choix du mode d'activité, sa mise en œuvre et l'estime de soi "; «Un ensemble de besoins et de capacités humains pour se comporter conformément au besoin objectif de l’environnement le plus proche, du pays d’origine, de la nature et du travail, afin de soutenir des phénomènes mondiaux progressistes fondés sur le reflet de leur position objectivement responsable dans le mégasystème.»

M. Smetansky, V. Galuzyak, associant la responsabilité au développement professionnel et spirituel d'une personnalité, l'interprètent comme «un trait de personnalité qui se manifeste par une tendance à exercer de manière créative et efficace ses devoirs professionnels et publics; le stimulus de la recherche créative constante pour trouver les meilleurs moyens de remplir son devoir professionnel; qualités professionnelles et sociales essentielles. Sa formation implique l’éducation des besoins moraux et la préparation pratique à de telles actions. ”



Il a un lien avec des concepts moraux tels que l'humanisme, le patriotisme , l'esprit de conscience, l'initiative, la discipline, l'honnêteté, le travail acharné, l'activité créatrice, la capacité d'agir, la maîtrise de soi intelligente. La responsabilité d'une personne implique nécessairement la mise en œuvre de l'autodétermination et réside dans sa capacité à «réaliser ses propres actions et le besoin d'une contribution personnelle à la vie de la société et la responsabilité de celles-ci; choisir librement et de manière proactive un objectif ayant un contenu socialement significatif pour le sujet; coordonner leurs intentions, leurs capacités et leurs qualités individuelles avec les exigences d'une activité particulière et la sphère d'interaction avec l'environnement social. "

Comme l’altruisme est impossible aux dépens des autres, il est impossible en l’absence de liberté de choix. La responsabilité de soi-même et des autres s'avère vouloir aider ceux qui en ont besoin, à percevoir la souffrance d'autrui, l'humanité, l'empathie et en même temps, à ne pas s'égarer du droit chemin, à être un conseiller et un auxiliaire.

Tolérance - la capacité de corriger leurs émotions et sentiments négatifs, en les envoyant dans une direction constructive pour une motivation positive en faveur d'une coopération plus poussée.

En parlant de tolérance comme une qualité personnelle du volontaire, nous avons l’objectif de la tolérance, qui repose sur un mécanisme garantissant la tolérance de l’individu dans le processus d’interaction sociale. Ici, le >

Communicatif (en communiquant avec le client, le travailleur social a la possibilité de connaître ses problèmes, ses attentes et ses espoirs; grâce à la communication, vous pouvez développer un plan d'actions communes, corriger les manières possibles de résoudre le problème, prédire les résultats attendus).

Sur la base des dispositions du Code d'éthique des spécialistes du travail social en Ukraine, il est possible de déterminer les normes de comportement éthique suivantes d'un travailleur social effectuant un travail bénévole:

- souvenez-vous toujours des intérêts de la personne à qui l'assistance est fournie;

- protéger les droits d'un individu ayant besoin de soutien et d'assistance, promouvoir son développement;

- promouvoir le développement complet, harmonieux et original d'une personne assistée, son épanouissement productif;

- être bienveillant, attentif au travail, être capable d'écouter;

- mettre le devoir avant tout au service de leur profession;

- être un modèle de comportement éthique, porteur de haute moralité;

- être capable de résister aux influences, rester objectif, agir dans les limites de leurs compétences ;

- quitter la position de miséricorde en jouant différents rôles;

- être fait avec leurs devoirs le mieux possible;

- s'efforcent de s'auto-améliorer, d'améliorer leurs compétences professionnelles;

- personnellement responsables de leurs actes;

- préserver et protéger la dignité, l'honneur et les droits de leurs collègues;

- coopérer activement avec d'autres personnes et organisations pour lesquelles le bien-être de la personne à qui les services sont fournis, mais également avec d'autres.

Conformément à ce qui précède, le travail bénévole repose sur:

- principes de confidentialité;

- une approche individuelle de chaque personne en tenant compte de ses besoins et de ses particularités;

- en tenant compte des résultats de la recherche scientifique, de l'expérience et des meilleures pratiques de soutien social pour les personnes en difficulté,

- des services sociaux systématiques, complets et sécurisés;

- l'augmentation constante de la compétence professionnelle des enseignants en sciences sociales et assimilés.

Les croyances sont basées sur des normes et des principes éthiques - des opinions fermes et fermement établies sur quelque chose, un regard sur quelque chose. La conviction en tant que qualité particulière d’une personnalité détermine la direction générale de toutes ses activités et de ses valeurs, et agit en tant que régulateur de sa conscience et de son comportement. Par conséquent, le travail bénévole ne peut être effectué que par une personne qui peut vérifier franchement ses principes éthiques avec les principes éthiques d'un travailleur social et qui agit conformément à ses convictions: les personnes doivent s'entraider.

Le travail bénévole est basé sur les idées de l'humanisme, qui sont basées sur la conviction dans les possibilités infinies d'une personne et sa capacité à s'améliorer. L’humanisme est compris comme «un ensemble de points de vue exprimant le respect de la dignité humaine et des droits de l’homme, la préoccupation pour les avantages de l’être humain, son développement intégral et la création de conditions sociales favorables à une personne».

"L'attitude envers une personne est le principal indicateur de la moralité publique, mais aussi de la moralité de chacun de nous", a-t-il noté. Woolf. - Cette attitude peut être bonne ou cruelle, attentive ou indifférente, partiale ou objective. Il est important que ce soit humain. Humanisme - philanthropie active, c’est-à-dire la croyance initiale dans les possibilités positives d’une personne. L'humanisme semble être un vecteur de socialité, exprimé dans une qualité de personnalité telle que l'humanité. Cela s'incarne dans la capacité de percevoir les gens tels qu'ils sont, de croire en leurs bonnes intentions, de les aider à devenir meilleurs. "

Confiant qu'une personne devient une personne prête à réaliser son potentiel humaniste, non pas à cause de la perception passive de normes morales, mais uniquement à travers la recherche de soi-même, d'une attitude humaine à l'égard d'une autre personne.

Apprécier chez une personne son individualité unique, et non seulement les propriétés utiles pour tel ou tel usage, et non pas unique, ce qui s'exprime par des caprices et des caractéristiques secondaires, mais par la qualité essentielle de toute la personne: traiter humainement la personne. Trouver des valeurs morales, des orientations morales qui intègrent une personne dans un tout, les comprendre de manière unique revient à traiter une personne avec un intérêt moral. Ce n'est que dans de telles conditions que la valeur même d'une autre personne est reconnue. La reconnaissance de la dignité humaine se révèle être dans l'attitude particulière d'une personne envers elle-même et dans l'attitude de la société à son égard.

Comme l'a noté A. Titarenko, Would. Wolf, l’affirmation dans le public et la conscience personnelle de la dignité humaine sont possibles à condition d’améliorer, d’approfondir la compréhension mutuelle des personnes, de développer la sociabilité, la convivialité - critères de formation de la valeur d’une personne.

Cependant, S. Rubinstein soutient que «l'amour pour l'humanité abstraite (négligence des autres personnes vivantes) est le pire ennemi du véritable amour humain pour les personnes, vous devez aimer l'humanité chez les personnes avec lesquelles il connecte la vie, et en elles, vous devez aimer l'humanité telle qu'elle est. et comment ça va être, comment ça va devenir et ce que nous devons faire. "

En ce qui concerne le travail bénévole, il contribue au développement de la conscience professionnelle des jeunes, de leur implication dans une culture humaine et professionnelle universelle, à la formation de personnes pragmatiques, à l'établissement de relations positives avec les adultes et les enfants d'un an et à la gestion même des valeurs et des règles de régulation de la société.

En résumant les développements théoriques actuels sur la problématique du bénévolat et du bénévolat, notons que le bénévolat peut être interprété comme un phénomène de philanthropie, base de la socialisation de l'individu, interaction sociale, échange social, normes sociales, développement personnel, développement personnel des valeurs humanistes et moyen important de formation. les jeunes aux activités professionnelles.





; Date d'ajout: 2014-02-02 ; ; Vues: 47763 ; Le matériel publié viole-t-il le droit d'auteur? | | Protection des données personnelles | COMMANDE DE TRAVAIL


Vous n'avez pas trouvé ce que vous cherchiez? Utilisez la recherche:

Les meilleurs dictons: Mais qu'en est-il des maths, si vous ne pouvez pas vous connecter correctement ??? 7651 - | 6672 - ou tout lire ...

Voir aussi:

border=0
2019 @ bolgarna.info

Génération de page terminée: 0.003 sec.